Peu m'importe

Peu m'importe l'ignorance de leurs mœurs.

Peu m'importe s'ils en rient ou s'ils en pleurent.

Je n'ai pas la prétention de tout connaître,

Ni la volonté de tout savoir ni de paraître.

Peu m'importe si mes us leur sont externes,

Peu m'importe car les leurs me sont bien ternes.

Il ne seront pas mes maîtres et moi le leur,

Il ne seront coupables à aucune heure.

Je ne serai jamais heureux qu'ils ne m'écoutent,

Je ne serai jamais content qu'ils n'en voient goutte,

Mais je ne serai jamais direct avec eux,

Je ne leur crierai jamais que leurs jeux

Ou leur usage de la vie me conviennent peu.

Je resterai un peu amer, un peu rageux ;

Mais nous sommes juste différents, voilà tout ;

Et nous sommes connivents, malgré tout.

 

Gabriel Zachsarowsky

Tous droits réservés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×