Infériorité et mots

 "Il ne faut d’engouement dans la prospérité

Nulle intelligence dans ce monde parfait"

Force est de constater que le rejet fonctionne

Et que les mots, jetés comme des idées connes

Regardent le tic-tac d’une horloge spéciale

Intrinsèque évidence, inspiration nuptiale

Oublient leur fonction douce et sentent la misère

Raisonner, ou tenter de raisonner leurs pairs

Interférer pour subtiliser leur amour

Tant et si bien qu’il n’est plus de douçour

Et que les mots s’en servent pour gonfler l’ardour

Et l’exploser un jour quand rejet sera sourd

Tant et si bien qu’un jour ils reprendront leur place

Mais on ne le sait pas, ils y sont jà piéça

Oubliés, méprisés, on ne les voyait pas

Tant et si bien qu’ils rient déjà des sots rejets

Sots gagnants trop dorés qui pensaient être en paix.

 

Gabriel Zachsarowsky

Tous droits réservés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site