Elohim, Chapitre 6

Depuis sa fenêtre, Julenmi la voyait. Une tour de métal brillant, haute d’une dizaine de mètres. La troisième plus haute construction des îles, derrière les palais et le moulin. Le plus étonnant, c’est que cette tour avait des murs grillagés et une sorte de système de pompe à l’intérieur.

Le garçon s’habilla en vitesse pour observer cette construction de plus près. Il ne put pas en apprendre davantage. La semaine qui suivit, il continua à se demander ce que c’était, à quoi cela servait, et surtout pourquoi Dekkvin IV ne l’avait pas fait enlever.


À la fin de cette semaine de questionnements, Julenmi eut sa réponse. Dekkvin IV se tenait au pied de cette tour bizarre et faisait un discours ; presque tous les habitants étaient là à l’écouter. « Tout d’abord, nous voulions tout vous cacher, mais nous avons confiance en vous, et vous demandons de cacher ceci aux êtres étranges venus il y a de ça plus d’un mois ».

« Ces êtres, je sais qui ils sont, ce sont les Elohim… c’est évident ; lui aussi le sait, mais il ne le dit pas aux habitants… pourquoi ? Et va-t-il enfin dire ce qu’est cette construction étrange ? »

Dekkvin IV continua son discours. « Vous vous demandez sûrement la nature de cette tour. Hé bien, il y a deux mois, Lodwig II m’a informé d’un projet. Il avait découvert la manière de faire rouler un véhicule sans chevaux ou sans bœufs. C’est un produit qui s’appelle pétrole, et nous avons construit cette tour afin de l’extraire du sol ».


Au moins, c’était direct. Les Elohim étaient sacrés, aux yeux des habitants, et par conséquent, ceux-ci ne voulaient pas leur désobéir. Car ils étaient aussi tout-puissants et n’hésiteraient pas à appliquer leur menace. Mais une question subsistait. Pourquoi ont-ils tué son père ? Pour faire peur ? Non, c’était impossible. Il avait désobéi, en menant ce projet. Mais Dekkvin IV ? Pourquoi était-il encore en vie ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête, et plus il y pensait, moins elles se résolvaient.


Le lendemain, il fut donné à tous de voir l’application du pétrole. Un soldat expliqua à la population que ce produit était transformé puis versé dans le moteur, et il fit fonctionner le véhicule. La voiture. Tout le monde était impressionné et souhaitait en avoir une.

Au début, ce n’étaient que les riches qui en avaient le droit. Une trentaine de personnes en tout. La voiture était très pratique mais très rudimentaire et dégageait une mauvaise odeur. Malgré ces inconvénients, elle fut commercialisée à plus grande échelle. Un paysan se fit rapidement vendeur et réparateur de ces véhicules. C’était un homme pauvre mais sympathique et toujours de bonne humeur, et c’est pour cela que tout le monde lui fit confiance. Il s’enrichit alors assez pour que le pauvre quartier d’Entown devienne le luxueux quartier d’Entown, centre des affaires de l’Union.


La modernisation commençait, et avec elle, les problèmes.


Chapitre 5  Chapitre 7

Date de dernière mise à jour : 01/09/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site