Mourir bêtement, c'est drôle ?

La violence est partout, à chaque instant. Même à l'école. Qui n'a jamais subi un acte de violence ? Un coup ? Quelques personnes.

Oui mais il n'y pas que la violence physique ... il y a pire : la violence psychologique. Riez autant que vous voulez, mais c'est grave ... bon, ça ne va pas tuer tout de suite ... mais après ? À force de répéter des insultes, de brimer, de critiquer quelqu'un, il se referme sur lui-même. Il désespère et un jour, il en a marre, et veut en finir. Et ce jour-là, bien malin celui qui lui aura insufflé l'idée par ses moqueries incessantes.

Il faut dénoncer la violence physique et la violence psychologique. "Mais on va mal me voir !" diront certains. Oui mais réfléchissez bien... si la personne en finit, vous aurez sa mort sur la conscience. Et ça c'est encore pire. Alors allez et dénoncez la violence !

Petite anecdote : dans mon collège, un élève est allé aux toilettes. Au moment où il a voulu se laver les mains, un autre élève l'en a empêché, n'a pas hésité à lui faire une balayette et à lui vider le contenu de sa bouteille sur la tête. J'ai accompagné l'élève agressé chez le CPE pour dénoncer l'autre, et depuis, il ne se fait plus agresser. Donc dénoncez la violence !

Après, il y a les jeux dangereux. Ah ça ! Vous en connaissez sûrement. Jeu du foulard, happy slapping, petit pont massacreur ... le premier consiste à se nouer un foulard autour du cou de façon à provoquer des sensations d'étourdissement, le deuxième à filmer l'agression physique d'une personne, le troisième à frapper celui qui se prend un "petit pont" lors d'un match de foot. À prime abord, ça paraît drôle, divertissant. Mais si on ne dénoue pas le foulard à temps ? Si on oublie qu'on frappe quelqu'un pour une raison négligeable ? On peut provoquer la mort de quelqu'un d'autre, parfois de son meilleur ami, parfois de soi-même. Et là, c'est beaucoup moins drôle.

Mais tiens... au fait... pourquoi cette violence ? Principalement à cause des différences de chacun. Je vais peut-être paraître un peu catho, mais il faut accepter ces écarts ! Ce n'est pas parce que quelqu'un est obèse qu'il faut se moquer de lui pour ça ! Ce n'est pas parce que quelqu'un paraît faible qu'il faut le frapper ! Le jour où tout le monde aura compris ça ... n'arrivera jamais si on n'agit pas !

Pour finir, voici les trois violences dont les collégiens souffrent le plus à l'école : insultes, vol, surnom blessant. En apparence les moins violentes. Et pourtant ce sont elles qui font le plus de mal.

Cet article sur la violence à l'école touche à sa fin ; retenez-en une chose : dénoncez la violence, vous ferez avancer les choses.

.

Date de dernière mise à jour : 28/01/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site