La Lune, ce rêve atteint.

 

 

1969, Lune. Neil Armstrong est le premier humain à marcher sur la surface de notre satellite. L'un des plus grands rêves de notre espèce est exaucé.

L'émotion a parcouru la planète ; l'évènement a marqué plusieurs tournants dans l'Histoire : une nouvelle porte ouverte à la science, l'Homme désormais conquérant de l'espace, et surtout l'Homme puissant, atteignant l'objet de tant de légendes, de tant d'imagination, de tant de poésie, de tant d'espoir, de tant d'envies.

Et justement. Parfois, je me dis que la Lune aurait dû être en quelque sorte "épargnée" par l'Homme. Jamais marquée par son pas.

Car l'Homme est indigne de la Lune. Il ne méritait pas d'atteindre ce rêve si suprême.


Je voudrais - raisonnablement - réinventer

Une lune, intelligemment plus poétique ;

Jamais par l'Homme elle ne serait marquée,

Jamais son destin n'en verrait un fatidique ;

Un astre loin de toute activité,

Hormis la sienne, calme et évadée

Echappant à l'être sinistre et futile

Qui croit que tout objectif est facile,

Et que l'objet d'un rêve est inconscient,

Et qu'il mérite toute possession.

(Gabriel Zachsarowsky, tous droits réservés)


Date de dernière mise à jour : 11/02/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site