Des goûts et des couleurs

Dans tous les domaines au monde, il y a deux règles.

En musique, en nourriture, en sport, en littérature, en jeux-vidéos, en intérêts divers et variés. En tout.

Deux règles.

1. "Si tu n'aimes pas mes goûts c'est que t'y connais rien"

Ça, on l'a tous déjà vécu. Si si.

En pleine discussion avec quelqu'un, tu dis une phrase, une.

La phrase qu'il ne fallait pas dire : "Ha non, ça j'aime pas"/"c'est pas mon truc".

Bref, ce genre de situation est chiant. T'as envie d'expliquer au lobotomisé à la personne devant toi que tu ne t'y intéresses pas, merde !

Alors commence la liste des arguments.

"Leurs trucs sont vraiment supers ce sont des pros ils ont commencé très jeunes du coup ils ont plein d'expérience toussa toussa"

Voala, tu as laissé la personne dans son monologue. Mais elle en rajoute dès que t'essayes d'ouvrir la bouche.

Alors elle te dit qu'elle va t'y initier. Ça, c'est le pire. Mais merde quoi ! Elle te jette dans un monde totalement inconnu et il faut absolument qu'au bout de deux minutes plongé là-dedans, tu ressortes en ayant tout compris et que tu aimes. Faut pas abusay !

Ha ha moi j'ai eu droit de la part d'un certain I., à : "Mais c'est une légende ! Une légende, mec ! Une lééééégende ! C'est pas comme tes chanteurs gnangnans ! Mais merde, une lééééégende !". Se passe de commentaires. Quoique... Michael Jackson, Jean-Jacques Goldman et Jason Mraz, c'est gnangnan peut-être ?! La lééééégende en question était Michael Jordan, basketteur. Voala, la personne peut se reconnaître.

 

Et c'est ainsi qu'on arrive à la deuxième règle :

2. "Tout ce que je n'aime pas c'est de la merde"

Là vous pouvez lui rétorquer son premier argument ^^ (non, ne faites pas ça)

Allez, sérieux.

Genre la personne est spécialiste inter-culturelle ou chépaquoi et du coup, elle peut dire ce qui est bien et ce qui l'est pas ?

Non ! Ça ne marche pas comme ça. T'as quelqu'un qui aime quelque chose, quelqu'un d'autre pour ne pas aimer et aimer autre chose, etc.

Ça s'appelle la diversité !

On pourrait arriver à la conclusion qu'il y a des trucs que tu n'aimes pas mais ç'aurait été possible si tu t'y étais intéressé dès tes six ans à raison de dix heures par jour. Voala, ça ce serait cool. Mais non.

Après, t'as ceux qui se la ramènent. "Ah t'aimes ça ? Mais tu t'y connais pas vraiment, moi je sais que" épatati épatata...

Enfin bref.

P.-s. : remerciements à Boulet, qui, de par sa bd "Ma Pizza Metal" m'a donné l'idée de cet article.

.

Date de dernière mise à jour : 02/07/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×